Retour à l'accueil

Glossaire

Cliquez sur la lettre de votre choix.
AAA (triple A)

Caractérise la meilleure appréciation (meilleur rating) dans l’échelle de notation des titres selon Standard & Poor’s.

Actif(s)

Patrimoine d’une entreprise, figurant dans son bilan et indiquant comment le capital a circulé (contraire : passif(s)). Les éléments de l’actif sont divisés en deux blocs principaux :

  1. Les actifs immobilisés
  2. Les actifs circulants

Dans le domaine de l’investissement en valeurs mobilières, les actions et les obligations sont des actifs. On parle souvent de classes d’actifs (classe des actions, classe des obligations).

Action

Titre représentant une part du capital d’une société anonyme. L’action confère à son détenteur des droits sociaux et des droits patrimoniaux.

  1. Les droits sociaux : droit de participation à l’assemblée générale (AG), droit de contestation des décisions de l’AG, droit d’élection du conseil d’administration et de l’organe de contrôle, droit de vote, droit à l’information.
  2. Les droits patrimoniaux : droit au dividende, droit à la souscription de nouvelles actions lors d’une augmentation de capital (droit de souscription), droit sur une partie du produit de la liquidation en cas de dissolution de la société anonyme.

Action nominative

Action établie au nom de l’actionnaire. Son propriétaire est inscrit au registre des actions de la société. Une action nominative est un papier à ordre, transmissible par endossement.

On distingue deux catégories d’actions nominatives :

  1. Action nominative librement transmissible
  2. Action nominative liée, qui ne peut être transmise qu’avec l’accord de la société, qui garde ainsi le contrôle de ses actionnaires.

Action au porteur

Action libellée au nom du détenteur. Ce dernier est considéré comme le propriétaire de plein droit.

Action de croissance (growth stock)

Action dont la valeur interne est en pleine croissance à cause de la forte capacité bénéficiaire de la société. Une action de croissance présente donc un rapport cours/bénéfice (P/E) plus élevé que celui d’une action défensive. Si les conditions de croissance bénéficiaire deviennent mauvaises, les perspectives de gains de cours diminuent et l’évaluation du titre est modifiée.

Action défensive (defensive stock)

Action offrant un bon rendement et des perspectives de plus-values certes limitées, mais moins soumise à des risques de baisse de l’indice. La société appartient à un secteur moins touché par la conjoncture, comme l’alimentaire ou la fourniture d’énergie, services publics, par ex.

A la monnaie (at the money)

Option dont le prix d’exercice (striking price, strike) est égal au cours sur le marché (spot price) de la valeur de base.Contraires : hors la monnaie (out of the money), dans la monnaie (in the money).

Aller retour / trading

Terme de bourse désignant l’achat puis la revente rapprochée d’un titre (dans la perspective de réaliser un bénéfice).

Alpha

Coefficient de rendement. Lorsque le rendement moyen d’un titre ou d’un portefeuille est plus élevé que ce que permet d’escompter le risque de marché, l’alpha est positif. Lorsque le rendement moyen est au contraire plus faible, l’alpha est négatif.

Américaine (type d’option)

Désigne une option / warrant qui peut être exercé à tout moment durant son existence. Le détenteur de l’option prend la décision d’exercer ou non son droit.

Désigne une option / warrant qui peut être exercé à tout moment durant son existence. Le détenteur de l’option prend la décision d’exercer ou non son droit.

Amortissement 

  1. Procédé comptable permettant de réduire la valeur des immobilisations pour tenir compte de l’usure et de la dépréciation.
  2. Remboursement d’une somme due selon un plan défini à l’avance. Ce terme est utilisé par exemple pour le remboursement d’obligations sur la base des conditions d’émission. La dette est ainsi remboursée à l’échéance ou par anticipation, ou encore par tirage au sort.

Analyse financière

On entend par analyse financière l'étude de l’environnement économique et politique global, des dispositions du marché des capitaux, des secteurs économiques, des monnaies, des pays de placement et des titres d'entreprises de droit public et d'entreprises privées dans le but de porter un jugement objectif sur la qualité des placements et l'opportunité des placements.

Analyse fondamentale (basic analysis)

Méthode de détermination de la valeur véritable ou intrinsèque d'une action grâce à des facteurs fondamentaux (analyse du bilan et du compte de résultat, appréciation de la gestion de l'entreprise, étude de l'ensemble du secteur). L'analyse fondamentale permet d'évaluer la future croissance des bénéfices et du dividende. Si le cours actuel se situe en dessous de la valeur intrinsèque estimée, l'action est considérée comme sous-évaluée.

Analyse technique (technical analysis)

Evaluation du marché basée sur le marché lui-même et ses mécanismes. Une partie importante est le Chart Reading qui se fonde sur la représentation graphique de l'évolution historique des cours pour évaluer l'évolution future des prix.

Appel de marge (margin call)

Obligation de faire un versement complémentaire pour augmenter la couverture de titres nantis ou de futures, quand leur valeur boursière a baissé au-dessous d'une certaine limite.

Après-bourse / After market

Négoce en bourse non officiel après clôture de la bourse.

Arbitrage

  1. Action de remplacer dans un portefeuille un titre par un autre pour obtenir un meilleur rendement ou dans la perspective de réaliser des plus-values.
  2. Acquisitions de positions opposées d'actions d'une société visée et de la société initiatrice. On parle ici d’arbitrage de risque (risk arbitrage). Technique d'investissement extrêmement spéculative.
  3. Opération consistant à profiter des écarts de cours existant sur différentes places boursières pour des mêmes valeurs (pratiquée également avec les devises et les taux d’intérêt). Les valeurs sont achetées sur le marché où les prix sont les plus bas et revendues sur le marché pratiquant les prix les plus élevés. On parle d’arbitrage cash and carry si un instrument est acheté au comptant et revendu simultanément à terme.

Asset allocation / allocation d’actifs

Structuration d'un portefeuille par monnaies et instruments de placement.

Asset management

Gérance active de patrimoines confiés par un client dans le cadre d’un mandat de gestion discrétionnaire.

Assignation

Selon le Code des obligations CO, art. 466, une assignation autorise l'assigné à remettre à l'assignataire, pour le compte de l'assignant, de l'argent, des titres ou d'autres biens fongibles; l'assignataire a, de son côté, mandat de les percevoir en son propre nom.

On parle d’assignation lorsque le vendeur d’une option call est soumis à l’obligation de livrer le sous-jacent à l’acheteur, inversement lorsque le vendeur d’une option put est soumis à l’obligation de prendre en livraison le sous-jacent de l’acheteur. Le vendeur d’une option subit le choix de l’acheteur de l’option qui exerce son droit.

Assurance-vie mixte

Assurance-vie pour laquelle le montant de l'assurance est versé immédiatement en cas de décès et à l'échéance de la période d'assurance, lorsque l'assuré est en vie. L'assurance-vie mixte a une valeur de rachat à croissance continue. Une partie des primes est épargnée et constitue ainsi un avoir à croissance continue.

Assurance-vie risque pur

Assurance dont le but est de couvrir le risque de décès. Le capital n'est versé qu'en cas de décès du preneur d'assurance. Elle ne constitue pas un patrimoine. Pour cette raison, elle ne peut constituer une garantie réelle mais seulement une sûreté complémentaire.

A terme

Transaction boursière ou de change dans laquelle la livraison et le paiement des titres, des devises ou des marchandises cotées n’ont pas lieu le jour où le marché est conclu, mais à une date ultérieure fixée d’avance.

Contraire : au comptant.

Au comptant

Transaction boursière ou de change conclue contre paiement immédiat (achat et vente de titres, devises ou marchandises cotées). Pour les opérations sur titres en Bourse suisse, les deux parties s’engagent à remplir l’obligation contractée au plus tard le troisième jour ouvrable après sa conclusion. Pour les opérations sur devises, le deuxième jour ouvrable au plus tard est la règle.

Contraire: à terme.

Augmentation de capital

Accroissement du capital social d'une entreprise, par exemple par émission de nouvelles actions. Une augmentation de capital requiert une résolution de l’assemblée générale (AG) de la société anonyme.

Au mieux

Un ordre d’achat ou de vente "au mieux" par le client sera exécuté à la première occasion et au meilleur cours possible.

Contraire: limité.

Autorité de surveillance

Instance légale assurant la surveillance de l’activité d’établissements financiers. En Suisse, ce rôle est dévolu à la commission fédérale des banques (CFB), autorité suprême de surveillance des banques et des fonds de placement. 

Avance à terme fixe

Forme de mise à disposition d'un crédit dans laquelle le capital est versé en une seule fois. Le remboursement se fait à une échéance fixe par un versement unique comprenant le capital et les intérêts. Type de crédit dont la durée est en général de 3 à 12 mois (court terme).

Avance contre nantissement

Prêt garanti par un gage.

Avance sur titres 

Crédit Lombard.

Avant-bourse / pre-market

En Suisse : négoce de titres "à côté" de la bourse officielle. Il s'agit en l'occurrence le plus souvent de titres dont les sociétés attendent une cotation ultérieure en bourse. De même que pour les opérations durant la séance en bourse, il existe pour l'avant-bourse certaines usances. C'est pourquoi le négoce de titres avant-marché est qualifié d'officieux.

Ayant droit économique (beneficial owner)

Véritable propriétaire d’un patrimoine. L’obligation de diligence impose à l’intermédiaire financier de vérifier l’identité de l’ayant droit économique (LBA, loi sur le blanchiment d’argent, art. 4).
Baissier / Bear

Opérateur escomptant une baisse des cours pour pouvoir racheter plus tard à meilleur marché les titres, devises ou marchandises qu’il a vendus à découvert. Contraire: haussier.  

Balance commerciale

Document comptable qui retrace les flux annuels de biens entre un pays et le reste du monde. On parle de balance commerciale excédentaire ou déficitaire suivant que les importations du pays en question sont respectivement inférieures ou supérieures à ses exportations.

Banque centrale

Banque qui possède le monopole d’émission des billets de banque. Outre cette fonction principale traditionnelle, sa tâche consiste à organiser le secteur monétaire dans le sens le plus large du terme et à pratiquer une politique monétaire dans l’intérêt national.

Banque centrale européenne (BCE)

Institut d’émission de l’union économique et monétaire européenne (UEM) : organe exécutif du Système de banques centrales européennes (SBCE), qui décide de la politique monétaire de l’union. Elle détient, entre autres, la compétence exclusive d’autoriser l’émission de billets de banque libellés en euro.

Banque dépositaire

Banque qui conserve l'ensemble du patrimoine d'un fonds de placement et veille à ce qu'aucun placement contraire au contrat ou contraire à la loi ne soit effectué.
Outre la conservation, la banque dépositaire se charge de l'ensemble des opérations de paiement du fonds de placement ainsi que de l'émission et de la reprise des parts de ce fonds.

Banque nationale suisse (BNS)

C'est la banque centrale ou banque d'émission de la Confédération helvétique (abréviation BNS). Selon la loi, la BNS a pour tâches principales de :

  1. Servir de régulateur du marché de l'argent
  2. Faciliter les opérations de paiement
  3. Pratiquer une politique de crédit et une politique monétaire servant les intérêts de la Suisse.

La BNS possède le droit exclusif d’émettre des billets de banque (monopole d’émission des billets de banque). Elle est une société anonyme au capital de 50 millions de CHF, libéré à 50 %. Ses actions nominatives et cotées en bourse sont réparties de la façon suivante : 40 % en mains privées, 60 % environ détenues par les cantons, les banques cantonales et des collectivités publiques. La Confédération ne détient pas d’actions.

Banque privée

Les banques privées sont la plupart du temps des sociétés en nom collectif ou en commandite. Elles ne s’adressent généralement pas au public pour collecter des fonds et n’ont pas l’obligation de publier leur bilan. Elles doivent néanmoins remettre leurs comptes annuels à la banque nationale suisse (BNS).

Banque universelle

Etablissement pratiquant toutes les opérations du domaine bancaire et financier.

Benchmark

Terme signifiant "règle graduée", désignant une valeur de référence, ou étalon de mesure. Le benchmark peut être par exemple un indice de marché d’actions, le cours ou le rendement d’un emprunt obligataire représentatif. Le benchmark est utilisé pour analyser et comparer la performance d’un portefeuille. Synonyme : indice de référence.

Bêta

Coefficient mesurant la volatilité, la sensibilité d'une action ou d'un portefeuille de titres aux fluctuations de l’indice. Un bêta > 1 signifie que l'action ou le portefeuille de titres en question est soumis à de fortes variations de rendement et comporte donc un risque plus élevé que l'indice (ensemble du marché). Bilan

Inventaire périodique de tous les postes de l’actif et du passif à une date donnée, servant de référence. Le côté actif du bilan renseigne sur le patrimoine de l'entreprise tandis que le côté passif révèle l'origine des fonds (=financement). Le bilan est nécessairement équilibré, c'est-à-dire que le total de l'actif est toujours égal au total du passif. L'établissement d'un bilan annuel est formellement prescrit par le Code des obligations suisse (CO) pour certaines formes de sociétés. Le bilan permet aux actionnaires et aux créanciers d'avoir un aperçu de la situation commerciale de l'entreprise.

Black-Scholes

Modèle développé par F. Black et M. Scholes en 1973 pour calculer le prix des options européennes sur actions et sur indices. Une option européenne ne peut être exercée qu’à sa date d’échéance, contrairement à une option américaine, qui peut être exercée tout au long de sa durée de vie.

Blue chips

Terme désignant des actions de sociétés de premier ordre au niveau de la solvabilité. Origine de l’expression: éclats de diamant.

Bon du Trésor

Obligations de dettes à moyen et à long terme de l'Etat sous forme semblable à des effets. En Suisse, la Confédération émet les bons du Trésor suisse (durée habituelle 1-2 ans; éventuellement 3 mois). Actuellement, les autres obligations de dettes à court et à moyen terme de la Confédération et des cantons et communes sont généralement appelées rescriptions. Les bons du Trésor sont escomptables à la Banque nationale suisse dans la mesure où la durée restante ne dépasse pas 3 mois. Aux USA, on distingue les Treasury bills (bons ou effets du Trésor) à court terme d'une durée de 3-12 mois des Treasury notes à moyen terme d'une durée de 1-5 ans. Au Canada également, le gouvernement émet des Treasury bills d'une durée normale de 3-6 mois. En France, les bons du Trésor émis par l'Etat ont une durée de 1 mois à 5 ans. En République fédérale d'Allemagne, les bons du Trésor ne sont pas seulement émis par la Fédération mais aussi par les Länder, la Bundesbahn et la Bundespost sur le marché monétaire.

Bond

Terme anglo-saxon désignant une obligation.

Bourse

Une bourse est un marché public où se traitent des valeurs mobilières ou fongibles. Elle est organisée selon des usances. On distingue, selon les biens négociés, les bourses de valeurs mobilières, les bourses d’options (options et futures), les bourses de marchandises (matières premières, métaux précieux).  

Bourse électronique

Opérations sur valeurs mobilières effectuées à l’aide d’un système automatisé comme à la bourse suisse, par exemple, où le principe du règlement entièrement automatisé des négociations en bourse a vu le jour avec la création de la SOFFEX en 1988 et de la SWX en 1996.  

Broker

Terme anglais désignant un agent de change exécutant à la bourse des ordres d’achat et de vente pour le compte de ses clients. En Suisse, à l’inverse de divers pays, ce rôle est également tenu par les banques.
Call

L'acheteur d’un warrant call / option call /option d'achat détient le droit (mais non l'obligation) d'acheter pendant une période donnée (option américaine) ou à une date fixe (option européenne) un nombre déterminé de titres, un montant déterminé de devises ou une quantité déterminée de métaux précieux à un cours déterminé à l'avance. En vendant (shortant) un call, vous vous exposez au risque de devoir livrer le sous-jacent. On distingue le short couvert, stratégie simple dans laquelle vous possédez le sous-jacent et voulez rentabiliser la position. Votre risque est matérialisé par un manque à gagner, en cas de forte hausse de la valeur de base. On distingue le short non couvert sur les marchés listés, stratégie qui vous oblige à déposer une marge pour couvrir le risque de hausse. Contraire : put

Capacité bénéficiaire

La capacité bénéficiaire désigne l'aptitude d'une entreprise à produire un bénéfice adéquat par rapport à ses fonds propres. Une bonne capacité bénéficiaire s'exprime par des bénéfices réguliers qui, après des amortissements suffisants et tout en renouvelant constamment l'équipement de l'entreprise, permettent d'obtenir une rémunération satisfaisante des fonds investis.

Capital-actions

Capital qu’une société anonyme a obtenu par l’émission d'actions. Fixé dans les statuts, il est régi en Suisse par les articles 621 et ss du CO. Il correspond toujours à la valeur nominale de toutes les actions émises.

Capital garanti

Montant investi qui inclut une stratégie de couverture systématique permettant de le préserver à l’échéance.

Capital risque

Le terme de capital risque est utilisé dans le cas de financement de P.M.E. ayant un niveau technologique élevé et donc de forts besoins de capitaux d'investissement et d'exploitation. Pour fournir le capital à de telles entreprises, de nombreuses banques et sociétés financières spécialisées offrent un capital risque à des conditions spéciales (financement à risque).

Capitalisation boursière

Valeur d'une entreprise calculée à partir des cours de ses titres de participation. Il faut multiplier le cours d'un tel titre de participation (action, bon de participation, etc.) à un jour de référence par le nombre des titres émis de même catégorie.

Capitaux propres

 Fonds propres. Ensemble des capitaux (fortune nette) appartenant à une entreprise (capital-actions, réserves et report de bénéfices) et qui ne sont pas empruntés.

Cash

 Argent en espèces. 

Cash-flow

Différence entre les recettes et les dépenses d’un exercice comptable (ou d’une autre période déterminée). On distingue le cash-flow brut: bénéfice d’exploitation avant amortissements et dotation des provisions et le cash-flow net, qui est égal au cash-flow brut après impôts. La capacité bénéficiaire de la société est reflétée par son cash-flow, pour autant que les recettes et dépenses extraordinaires ou non liées à la période analysée n’entrent pas dans sons calcul. Seront également évitées les distorsions qui résultent de la constitution ou de la dissolution de réserves latentes. Le cash-flow est un important élément d’appréciation d’une société en vue de placement dans ses actions.

Cash-management

Gestion de trésorerie.

Certificat

Titre collectif représentant un certain nombre d’actions, de bons de participation ou de parts de fonds de placement.

Chart

Terme anglo-saxon désignant la représentation graphique de l’évolution du cours d’un titre, d’une devise ou d’une marchandise. Le chart est utilisé par les spécialistes (chartistes) pour établir des prévisions à court et moyen terme sur l’évolution des cours.

Chartiste

Analystes financiers spécialisés dans l’étude des graphiques (charts) pour faire des pronostics à court et moyen terme sur l’évolution des cours de titres, de devises ou de marchandises.

Closed-end fund

Fonds de placement ayant terminé l’émission de parts.

Commission fédérale des banques (CFB)

La commission fédérale des banques (CFB) est l’autorité de surveillance de l’Etat qui contrôle les activités des banques, des fonds de placement et des centrales d’émission de lettres de gage. Elle est désignée par le Conseil Fédéral. Elle est l’organe compétent pour l’octroi d’une licence bancaire et son retrait.

Compliance

  Littéralement "agir en conformité avec les dispositions en vigueur". Procédure destinée à surveiller l’observation de l’ensemble des lois, statuts, règlements et directives.

Comptant

Transaction boursière ou de change dans laquelle la livraison et le paiement des titres, des devises ou des marchandises cotées ont lieu contre paiement immédiat, dans le respect des usances du marché considéré. Contraire : à terme.

Compte de libre passage

Compte d’épargne rémunéré à un taux d’intérêt préférentiel pour la mise en sûreté des cotisations versées au titre de la prévoyance professionnelle (droits des travailleurs au 2e pilier) jusqu’à la retraite. Le capital et les intérêts sont exempts d’impôt jusqu’à la date du paiement, les intérêts étant en outre exonérés de l’impôt anticipé. Au moment du paiement, la charge fiscale est réduite. Le capital peut être utilisé pour l’acquisition de logement à usage personnel ou pour amortir des prêts hypothécaires.

Contrôle des changes

Ensemble des mesures gouvernementales destinées à enregistrer les entrées et sorties de devises et à en contrôler le flux, souvent dans un but fiscal.

Convertible (obligation)

Obligation donnant un droit de conversion à l’investisseur. Vous pouvez abandonner le droit aux intérêts et au remboursement de l’obligation contre le droit d’obtenir un certain nombre d’actions de la société débitrice, ou d’actions détenue par celle-ci, au prix déterminé et durant la période prévue lors de l’émission. Normalement, un événement sur le titre sera reflété dans le prix de conversion et le nombre de titres auxquels vous avez droit.

Corrélation

Ce chiffre mesure la liaison existant entre les fluctuations de cours d'un placement et les fluctuations de cours d'un autre placement (par ex. liaison entre le fonds de placement et un indice comparatif). Le coefficient de corrélation peut varier entre 1 et -1. Une corrélation de 0 signifie que l’un fluctue de manière indépendante de l’autre. Plus la valeur est proche de 1 et plus la liaison est forte. Lorsque la valeur est de -1, les placements et l'indice connaissent une évolution contraire.

Cotation

  1. L’inscription (admission) d’un titre à la bourse.
  2. Prix auquel un titre est demandé ou offert. Pour les actions, le cours est indiqué en unités monétaires (CHF par exemple), pour les obligations en pourcentage de la valeur nominale.

Coupon

Bon attaché à un titre et donnant droit à un intérêt (dans le cas d’une obligation) ou à un dividende (dans le cas d’une action).

Cours

Valeur boursière ou prix du marché des titres, devises ou marchandises faisant l’objet d’une cotation.

Courtage

Commission prélevée par l’agent de change ou la banque pour l’achat ou la vente de titres. Il n’existe plus de convention de courtage entre les banques ; chaque banque possède son propre règlement. Les tarifs appliqués sont en général dégressifs : plus le volume de l’opération est élevé, plus le taux appliqué est faible.

Couverture (stratégie)

Stratégie visant à protéger un portefeuille contre une évolution défavorable des cours. Exemple : achat d’une option put sur le sous-jacent ou sur un indice ou une autre valeur de base dont la corrélation est très élevée. Autre stratégie de couverture : vente de futures pour l’équivalent de la position à protéger.

Crédit lombard

Crédit accordé contre le nantissement de titres facilement réalisables.
Dans la monnaie (in the money)

Option dont le prix d’exercice (striking price, strike) est
  1. inférieur au prix sur le marché (spot price) de l’actif sous-jacent, pour le cas d’une option d’achat (call).
  2. supérieur au prix sur le marché (spot price) de l’actif sous-jacent, pour le cas d’une option de vente (put).
Contraires : hors la monnaie (out of the money), à la monnaie (at the money).

Delta

Mesure de la variation en CHF ou autre devise du prix du warrant / de l’option par rapport à une variation d’une unité de prix du sous-jacent. Le delta d’un call / put varie entre 0 et 100%. Plus le call / put est dans la monnaie et plus l’échéance est longue, plus le delta est important. Chaque fois que le sous-jacent bouge d’une unité de prix, le gamma va corriger le delta.

Diversification

Répartition d'un portefeuille entre plusieurs types de placements individuels comme les actions, les obligations, les placements sur le marché monétaire, etc. Les fonds de placement sont des instruments de diversification classiques permettant à l'investisseur de réduire le risque non systématique des divers investissements.

Dividende 

En vertu de ses droits patrimoniaux, le détenteur de l'action a droit à une part du bénéfice d’une société anonyme, lorsque celle-ci réalise un bénéfice net. Cette part est appelée dividende. Le dividende est fixé par l’assemblée générale sur proposition du conseil d’administration. Il est généralement encaissé contre remise du coupon prévu à cet effet et se prescrit, en droit suisse, par cinq ans.

Dividend discount model 

Modèle permettant de déterminer la valeur actuelle d’une action, en y ajoutant les dividendes futurs escomptés à la date de référence.

Duration

Mesure utilisée en gestion obligataire. Durée moyenne pondérée de tous les paiements (intérêts, remboursement) d’un titre à revenu fixe. Indice permettant de mesurer le risque d’obligation d’emprunt par rapport au taux d'intérêt. La duration exprime la volatilité du prix d’une obligation en cas de variation du taux d’intérêt.
Ecart type (standard deviation)

Racine carrée de la variance. La variance est la mesure du risque d’un placement (action, obligation etc.) ou d'un portefeuille. La variance se calcule à partir de l'écart des différentes recettes et la recette moyenne d'une période déterminée. Variance élevée signifie risque élevé.

Elasticité

L’élasticité permet de mesurer la performance que réalise l’investisseur sur un placement en warrants / options par rapport à un placement équivalent fait directement en sous-jacent, dans une période donnée. Elasticité = gearing multiplié par delta. 

Emprunt

Forme d'acquisition de capitaux étrangers par l'émission de titres à revenu fixe. L'emprunt est émis pendant une période déterminée appelée période de souscription. Il peut être ensuite négocié sur le marché secondaire.

Epargne 3e pilier

Le 3e pilier constitue la prévoyance privée. Elle est divisée en 3a (prévoyance fiscalement privilégiée) et 3b (épargne libre). Les versements effectués par une personne active (salarié ou de condition indépendante) au pilier 3a bénéficient d’un traitement fiscal privilégié à hauteur d’un montant maximal par année. 

Exercice

Le détenteur d’une option / warrant annonce à sa contrepartie qu’il veut exercer son droit (acheter ou vendre le sous-jacent selon le contrat).

Européenne (type d’option)

Désigne une option / warrant qui ne peut être exercé qu’à l’échéance du contrat. Avantage en cas de position short : vous ne pouvez pas être obligé d’acheter ou vendre le sous-jacent avant une date connue.

Euromarché des capitaux

Marché financier sur lequel sont émis des euro-obligations à moyen et long terme, soit pour une durée supérieure à dix-huit mois.

Euromarché de l’argent

Marché du court terme en euromonnaies. Les opérations ont une durée de dix-huit mois au maximum.
Federal funds (Fed funds) / fonds fédéraux

Aux Etats-Unis, forme de placement sur le marché monétaire utilisée surtout par les banques commerciales pour équilibrer quotidiennement leur trésorerie. Elles négocient leurs excédents de liquidités avec le système de réserve fédérale. 

Financial futures

Contrats à terme standardisés négociés en bourse. Ils permettent à l'acheteur d’acheter ou vendre des instruments financiers déterminés à une échéance donnée et à un prix convenu. On distingue, selon le type de grandeur de base, les opérations à terme sur taux d'intérêt (interest rate futures), les opérations à terme sur devises, les opérations à terme indicielles (stock index futures) et les opérations à terme sur métaux précieux (precious metal futures).

Fonds de placement

En droit suisse: fortune réunie par des investisseurs à la suite d’un appel au public afin de procéder à des placements collectifs de capitaux et gérée par la direction du fonds pour le compte des investisseurs en appliquant généralement le principe de la diversification des risques. Il existe de multiples catégories de fonds de placement.

Fonds indiciel

Fonds de placement dont la composition réplique celle d’un indice bousier (pays, secteur).

Fonds propres

Capitaux propres. Ensemble des capitaux (fortune nette) appartenant à une entreprise (capital-actions, réserves et report de bénéfices) et qui ne sont pas empruntés.

Forex

Abréviation de foreign exchange. Regroupe les différentes opérations sur devises.
Gamma

Mesure de sensibilité du delta d’une option. Représente l’ajustement du delta par rapport au mouvement du sous-jacent. Pour la gestion du risque, il est important de savoir dans quelle mesure le delta de l’option bougera, si le prix du sous-jacent varie. Le risque gamma est positif si vous achetez une option et négatif si vous vendez une option.

Gearing

Indicateur qui montre de combien de fois l'investissement dans un warrant / une option est inférieur à l'achat du sous-jacent équivalent. Plus le prix d'exercice est en dehors de la monnaie, plus la valeur de la prime est petite, donc le levier élevé, mais plus le delta diminue.Indicateur souvent mal interprété, car beaucoup pensent à tort que l'option va bouger X fois plus que le sous-jacent (X=gearing). Gearing: prix actuel du sous-jacent divisé par la valeur du warrant / de l'option.

Gérance de fortune

Administration d’un patrimoine ou d’éléments de fortune par un gérant de fortune mandaté ou une banque.

Gérance de patrimoines

Elle comprend un conseil financier global qui dépasse la stricte gestion de fortune, cherchant à intégrer les domaines de la fiscalité, de la prévoyance, de l’immobilier et de la transmission de patrimoine.
Haussier / Bull

Opérateur achetant des titres, devises ou marchandises dans la perspective d’une hausse des cours. Contraire: baissier. 

Hedging

Stratégie destinée à protéger une position ou un ensemble de positions contre des fluctuations préjudiciables du marché.

Hedge funds

Fonds de placement autorisés à utiliser des stratégies alternatives plus agressives que les fonds traditionnels, incluant les ventes à découvert, les effets de levier, les programmes de trading, les swaps, les arbitrages, les dérivés. Ils sont exemptés de bien des règles et usances auxquelles sont soumis les autres fonds de placement. C’est pourquoi ils sont le plus souvent émis « off shore ».

Hors la monnaie (out of the money)

Option dont le prix d’exercice (striking price, strike) est
  1. supérieur au prix sur le marché (spot price) de l’actif sous-jacent, pour le cas d’une option d’achat (call).
  2. inférieur au prix sur le marché (spot price) de l’actif sous-jacent, pour le cas d’une option de vente (put).
Contraires : dans la monnaie(out of the money),à la monnaie (at the money).
Impôt anticipé

En Suisse, impôt fédéral à la source prélevé sur les revenus du capital (intérêts, dividendes : 35%). Il peut être imputé ou récupéré sur les impôts cantonaux par les contribuables domiciliés en Suisse sous certaines conditions, dont une déclaration fiscale correcte. Les résidents étrangers avec lesquels la Suisse a conclu une convention de double imposition peuvent en réclamer le remboursement ou l’imputation selon les termes prévus.

Impôt à la source

Impôt frappant directement l'objet fiscal dès sa naissance (à la source).

Index hedging

Opération visant à garantir un portefeuille d’actions contre un risque de baisse du marché, par l’achat de put sur un indice d’actions, par exemple SMI.

Indice boursier

Indice de mesure reflétant la tendance générale d’un marché boursier ou d'un échantillon de titres. Il est composé à partir de tous les titres cotés audit marché ou à partir d'un nombre représentatif de valeurs (indice sectoriel).

Indice de référence

Indice pris comme base de comparaison pour analyser la performance d’un titre, d’un portefeuille ou d’un fonds de placement. Synonyme : benchmark.

 Instrument dérivé

Appellation générique désignant les produits financiers synthétiques et structurés par rapport à une valeur sous-jacente (ou valeur de base) telle que titres, indices, devises, marchandises, etc. On distingue les options, les financial futures, et les produits structurés combinant plusieurs stratégies.
Jour de valeur

Date valable pour les écritures comptables, à partir de laquelle court ou cesse l’intérêt.

Junk bond

Obligation de débiteur de faible notation (rating), à taux d’intérêt élevé en rapport avec le risque de défaut de paiement éventuel.





Krach boursier

Brusque fléchissement des cours en une seule séance. Il peut être déclenché par une mauvaise situation technique du marché après une surévaluation spéculative des cours ou un revirement soudain de la conjoncture.





LBO (leveraged buyout)

Prise de contrôle d'une société par une autre société, laquelle se procure les moyens financiers nécessaires à en recourant à l’emprunt. En garantie des crédits obtenus, elle donne les actifs de l'entreprise à acquérir.

Lead manager (chef de file)

Dans un syndicat d’émission, une banque qui assume la direction du syndicat est appelée « lead manager » ou chef de file. Les autres banques sont appelées membres du syndicat. La banque chef de file est en général celle qui a rendu l’opération possible. Elle représente le syndicat vis-à-vis des émetteurs et de la collectivité publique.

Levier

Appliquant des stratégies en utilisant des instruments dérivés, il est possible de créer un effet de levier qui accentue la variation (en %) des gains ou des pertes sur les contrats d’options et de futures par rapport à la variation du cours de la valeur de base.

LIBOR

Abréviation de "London Interbank offered Rate" (= taux d'intérêt entre banques à Londres). C'est à ce taux d'intérêt que les banques se prêtent mutuellement de l'argent à Londres. Ce taux d'intérêt est une référence pour les taux d'intérêt d'émissions et de crédits, valables au plan international.

LIFFE

Abréviation de London International Financial Futures Exchange. Bourse des contrats à terme standardisés (financial futures).

Limité

Un ordre est dit limité, si un cours supérieur (pour l’achat) ou inférieur (pour la vente) est indiqué sur l’ordre et ne doit pas être dépassé. Contraire: au mieux.

Loi sur le blanchiment d’argent (LBA)

Loi fédérale concernant la lutte contre le blanchiment d’argent dans le secteur financier, en vigueur depuis 1998 et complétant les dispositions y relatives du code pénal ainsi que de la convention de diligence des banques. En vertu de cette loi, les intermédiaires financiers sont tenus de vérifier l’identité du cocontractant, de déterminer l’ayant droit économique, de clarifier l’arrière-plan économique si certaines transactions semblent inhabituelles, d’établir des documents sur ces transactions, d’informer sans délai le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent et de faire bloquer immédiatement les valeurs patrimoniales concernées.

Loi fédérale sur la prévoyance professionnelle (LPP)

Loi fédérale en vigueur depuis le 1er janvier 1985. Base légale imposant un standard minimal pour le 2e pilier de la sécurité sociale concernant tous les salariés travaillant en Suisse.

Long position

Désigne une position acheteur en titres ou en devises prise dans la perspective d’une hausse. Cette position doit être dénouée par la prise d’une position inverse. Contraire: short position.
Mandat de gestion

Mandat donné par le titulaire d’un portefeuille titres à un intermédiaire financier ou une banque dans le but de faire administrer ce portefeuille. Ce mandat ne donne pas le droit de disposition au mandataire.

Marché de l’argent / marché monétaire

Marché monétaire où les établissements financiers empruntent ou prêtent des fonds à court terme (généralement à 12 mois au maximum).

Marché des capitaux / marché financier

Marché financier où se rencontre l’offre et la demande de capitaux à moyen et long terme, soit d’une durée supérieure à 12 mois en général. Ce marché est divisé en deux marchés :
  1. Le marché primaire (marché où sont émis les titres).
  2. Le marché secondaire (marché où sont négociés les titres).

Mark-to-market

Technique de calcul des profits et des pertes qui consiste à comparer quotidiennement le cours de compensation du jour avec le cours auquel a été négocié le contrat d’un instrument dérivé. Utilisée pour évaluer et couvrir les risques d’une position.

Mergers & acquisitions (M&A)

Terme technique pour les fusions et les acquisitions d'entreprises. De telles transactions font souvent l'objet de financement des risques et de conseil d'entreprise de banques d'investissement.

Monnaie de référence

Monnaie dans laquelle un investisseur pense et calcule. C’est la monnaie dans laquelle est calculée la performance de son portefeuille.
Nantissement

Acte par lequel un débiteur remet en gage à un créancier, pour garantie de sa dette, un bien mobilier ou une créance. Il lui concède ainsi un droit réel sur ce bien. Le créancier qui n’est pas désintéressé a ainsi le droit de se faire payer sur le produit de la réalisation du gage.

Nasdaq

National association of securities dealers automated quotation system. Bourse américaine dédiée prioritairement au négoce d’actions de sociétés technologiques.

Notation / rating

Expression désignant l'appréciation concernant la solvabilité d'emprunteurs et la qualité des titres émis par eux. Agences de notation : Moody’s, Standard & Poor’s.

NYSE

Abréviation de New York Stock Exchange, principale bourse de New York .
Obligation

Obligation d’emprunt généralement à moyen et long terme, négociable et incorporant un droit de créance sur la société émettrice. L’obligation est émise à un taux d’intérêt fixe, occasionnellement à un taux variable, et généralement pour une durée déterminée.

OPA

Offre publique d’achat. Procédure par laquelle une société propose publiquement aux actionnaires d’une autre société (qu’elle désire contrôler) de racheter leurs actions à un prix supérieur au cours de bourse.

Option

Droit contractuel - mais non obligation - d’acheter ou de vendre durant une période déterminée et à un prix fixé d’avance (prix d’exercice, prix de base) un certain montant en devises, une certaine quantité de métal précieux, un certain nombre de titres ou des lots de marchandises. A la conclusion du contrat, l’acheteur est tenu de payer au vendeur une prime.

Ordre de bourse

Ordre d’acheter ou de vendre des titres en bourse.
Papier-valeur

Titre qui incorpore un droit de créance qu’on ne peut faire valoir ni transférer que contre présentation ou cession du document.

Papiers monétaires

Titres à court terme. En Suisse, les papiers monétaires classiques sont les lettres de change intérieures, les effets du Trésor et les bons du Trésor de l'Etat ainsi que les rescriptions de l'Etat. Les papiers monétaires des Etats-Unis (Treasury Bills, Banker's Acceptances, Commercial Papers, Finance Papers et CD New York) d'une durée moyenne de 3 à 6 mois représentent les plus importants placements à court terme à l'étranger ainsi que les C.D. Londres.

Passif(s)

Ensemble des dettes d'une personne ou d'une entreprise. Dans le bilan d'une entreprise, le passif représente l'ensemble des sources de financement.

Pay-out-ratio

Ratio financier : part des bénéfices nets d'une entreprise qui est distribuée, en % du bénéfice net. Ce ratio sert à évaluer la politique de répartition de la part de la direction de l'entreprise, ainsi que sa capacité bénéficiaire.

P/E ratio (rapport cours/bénéfice)

Rapport entre le cours des actions et le bénéfice net de la société concernée. On divise le cours de l'action par le bénéfice par action. Ratio essentiel à l’évaluation du cours d'une action. La valeur ainsi déterminée n'a de signification que si on la compare avec celle d'autres sociétés du même secteur d'activité et/ou avec celles d'années antérieures.

Performance

Evolution de la valeur d’un portefeuille titres, ou d’un titre en particulier, ou d’un indice.

Placement de père de famille

Placement en titres pupillaires, portant intérêt et offrant toute sécurité selon art. 401 et 402 CC. Exemples : obligations d’Etat, lettres de gage, obligations de collectivités publiques, compte d’épargne.

Point de base

Correspond au centième d'un pour cent. Est utilisé pour exprimer les variations des taux d'intérêt.

Portefeuille

Totalité des placements en valeurs mobilières d'une personne ou d'une société.

Prise de bénéfice

Réalisation d'un gain en bourse soit en vendant un titre à un cours supérieur au prix d'achat soit - par vente à découvert - en rachetant le titre à un cours inférieur au prix de vente.

Produits structurés

Construction de produits financiers réunissant des dérivés et d’autres composants traditionnels en vue d’élaborer une stratégie d’investissement spécifique par rapport à un scénario d’évolution du marché.

Put

Option de vente. L'acheteur d'une option de vente détient le droit (mais non l'obligation) de vendre pendant une période donnée (option américaine) ou à une date fixe (option européenne) un nombre déterminé de titres, un montant déterminé de devises ou une quantité déterminée de métaux précieux à un cours déterminé à l'avance.Contraire : call.
Rating

Voir notation.

Rendement

Revenu du capital investi exprimé en pour cent. Pour les obligations, il est habituellement calculé à maturité ou à la date de dénonciation la plus rapprochée. Pour une entreprise, le rendement est donné par le rapport du bénéfice net et des fonds propres (rentabilité du capital propre).

Risque

Probabilité d’occurrence d’un dommage ou une perte en capital en raison, par exemple, d’une baisse du cours d’un titre, d’une devise ou d’une marchandise ou de l’insolvabilité d’un débiteur. Le risque est élevé si la probabilité et/ou le potentiel de perte sont considérables. Risque et revenu sont interdépendants: plus le risque assumé est important, plus le revenu à long terme du placement est élevé.

Risque spécifique

Risque non systématique, lié à des facteurs particuliers influençant exclusivement un titre déterminé, tels que les résultats dégagés par une entreprise. Ce type de risque peut être diminué par la diversification de portefeuille.

Risque systématique

Risque de marché, lié à des facteurs influençant l’ensemble du marché et ne pouvant être réduit, voir exclu par une diversification de portefeuille.
SEC

Abréviation de Securities and Exchange Commission, autorité américaine de surveillance et contrôle des opérations sur titres.

Securities lending

Prêt de titres.

Shareholder value

Valeur obtenue pour l’actionnaire. Démarche de la direction d’une entreprise ayant pour but d’augmenter continuellement la valeur de l’entreprise.

Short position

Désigne une position résultant d’une vente à découvert de titres ou devises prise dans la perspective d’une baisse. Cette position doit être dénouée par l’achat d’une position inverse indispensable pour tenir ses engagements.Contraire : long position.

SMI

Swiss Market Index. Indice des actions suisses le plus fortement capitalisées.

Solvabilité

Capacité de payer et de répondre aux engagements pris. La solvabilité est un élément de la qualité du débiteur qu’une banque analyse avant l'octroi d'un crédit.

S&P (Standard & Poor’s)

Standard & Poor’s, société américaine d’études financières active dans la notation des débiteurs.

SPI

Swiss Performance index. Indice large des actions suisses.

Split

Division d’une action en plusieurs de valeur nominale inférieure (p.ex. division d’une action de CHF 500 en cinq actions de CHF 100). Opération qui ne modifie pas le capital-actions mais élargit le marché de l’action et en facilite le négoce.

Stakeholder value

Valeur d’une entreprise déterminante pour des groupes qui sont en rapport avec elle (collaborateurs, clients, fournisseurs, etc.).

Stop-loss

Vente de valeurs mobilières au mieux dès qu'un cours déterminé a été atteint ou dépassé par le bas. Ordre donné pour limiter une perte prévue.

SWX

Abréviation de Swiss Exchange (= Bourse suisse).
Tendance

Orientation d’un marché (direction prise par les cours) établie en particulier à partir des cours de clôture de la dernière séance de bourse.

Timing

Dans les opérations de titres : la fixation d'un certain moment pour un achat ou une vente de titres.

Trading

Appellation de Bourse désignant l’achat puis la revente rapprochée d’un titre dans la perspective de réaliser un bénéfice.
Valeur de base (underlying asset, sous-jacent)

Actif financier sur lequel repose une option ou un contrat de dérivé.

Valeur fiscale

Valeur déterminante pour l’imposition d’un élément de fortune. L’Administration fédérale des contributions publie chaque année une liste des cours fiscaux pour de nombreux titres, lesquels sont valables pour la taxation.

Valeur intrinsèque

Représentée par la différence positive entre le niveau / prix du sous-jacent moins le prix d’exercice dans le cas d’un call, et la différence positive entre le prix d’exercice moins le niveau du sous-jacent dans le cas d’un put. Elle correspond donc au montant que pourrait recevoir un investisseur qui exercerait un warrant / une option.

Valeur nette d’inventaire (VNI)

Valeur d’inventaire d’une part d’un fonds de placement, qui représente la valeur vénale de la fortune du fonds à un jour de référence, déduction faite des engagements, divisée par le nombre des parts en circulation.

Valeur de nantissement

Montant à concurrence duquel le gage est accepté comme couverture. C'est aussi la limite ou le montant du crédit à ne pas dépasser.

Valeur temporelle

Elle est égale au prix de l’option diminué de sa valeur intrinsèque. La valeur temporelle est d’autant plus élevée que l’échéance est lointaine, l’acheteur ayant plus de chances de voir ses prévisions se réaliser. Elle décroît au fur et à mesure que le temps s’écoule. La décroissance de la valeur temporelle s’accélère lorsque l’on se rapproche de l’échéance.

Variance

La variance se calcule sur la base de l’écart des divers revenus par rapport au revenu moyen d’une période donnée. Une variance élevée indique que le risque l’est également. Ce coefficient sert à mesurer le risque d’un placement.

Volatilité historique

Mesure statistique représentant l’écart-type du cours du sous-jacent d’une clôture à la suivante pendant une période déterminée. Elle est exprimée en pourcentage par an. C’est une variable essentielle du calcul du prix de l’option. Plus la volatilité est élevée, plus le prix du warrant / de l’option call et put sera élevé.

Volatilité implicite

Variation anticipée du cours du sous-jacent sur la période de vie du warrant / de l’option par un trader. Deux façons de l’utiliser : un market-maker peut estimer la volatilité future et faire un marché sur celle-ci. Il va alors traduire cette volatilité en terme de prix du warrant / de l’option. On peut aussi comparer la cherté relative de plusieurs warrants / options de mêmes caractéristiques en cherchant la volatilité implicite utilisée par le market-maker à partir du prix du warrant / de l’option. Facteur prédominant dans le pricing d’un dérivé.
  • Exemple 1 : le danger d’acheter un put le jour qui suit une lourde baisse du sous-jacent est de payer une volatilité très élevée. Le marché est très nerveux et l’incertitude pour les heures et jours à venir est très grande. Pour le market-maker, le risque de perdre de l’argent en vendant un put est très élevé. De plus, un marché qui baisse brusquement après une longue période de hausse augmente fortement de volatilité. Le market-maker va donc attribuer un prix de volatilité très élevé au put pour se protéger. Si le ou les jours suivants le marché reste inchangé, donc le risque de baisse brutale diminue, la volatilité baissera rapidement et la valeur du put, même avec un sous-jacent inchangé, diminuera fortement.
  • Exemple 2 : Si vous achetez un call dans un marché qui vient de chuter fortement, vous payez aussi une volatilité élevée. Or, si le marché remonte (et va dans le sens que vous souhaitez), la hausse neutralisera la volatilité créée par la baisse. Conséquence : le call perd de la valeur volatilité, donc son prix baisse, et au pire des cas vous pouvez perdre de l’argent tout en ayant raison sur la direction du marché. Ce piège peut être évité en achetant un call plutôt dans la monnaie.
Warrant

Papier valeur représentant une option. Les warrants doivent être enregistrés auprès d’une bourse, sans qu’ils soient nécessairement traités en bourse.
  1. Warrant dilutif : warrant émis par une société et donnant droit à souscrire à ses propres titres. L’émission de ces warrants doit être approuvée par les actionnaires. La société doit émettre de nouvelles actions et les réserver pour les investisseurs qui désirent exercer leur droit.
  2. Warrant non-dilutif : warrant émis par une banque ou un broker. Le risque sur ces émissions peut être couvert par des titres ou d’autres warrants mis dans un dépôt bloqué (stillhalter), ou par une gestion active (couverture delta / gamma) du risque par l’émetteur. Ce genre d’émission n’influence aucunement le capital d’une entreprise. L’échéance d’un warrant dans la monnaie peut influencer l’évolution du cours en bourse, car tous les détenteurs doivent exercer, mais il est rare que l’impact soit important. (Liquidité du sous-jacent à observer).

WWW

Abréviation de world-wide web. Réseau mondial groupant des données accessibles par internet et permettant d’obtenir des informations pouvant être combinées à volonté (textes, illustrations, son, vidéo).
Yield

Rendement.